Catherine Plaisance - Désordre

Galerie BAC est heureuse de présenter l'exposition «Désordre» qui regroupe le travail récent de l'artiste Catherine Plaisance. L’exposition sera présentée du 20 mars au 12 avril 2014. Le vernissage aura lieu le jeudi 20 mars à compter de 17h, en présence de l’artiste.

L’exposition «Désordre» met en scène une maquette qui trône au centre de l’espace. Cette maquette contient trois scènes rotatives qui ont préalablement servi à une prise de vue photo et vidéo au cours de laquelle diverses situations dramatiques et accidentelles ont été produites. Neuf photographies grand formats et deux séquences vidéo ont ainsi été réalisées. Les trois scènes, rapprochées les unes des autres, se sont contaminées au moment de la prise de vue. Ainsi, la scène filmée en mouvement est bonifiée et transformée par les arrières-scènes, elles aussi en rotation. De cette mise en forme, il en résulte une panoplie d’images et d’interactions issues des diverses scènes et situations construites sur la maquette.

Avec cette nouvelle exposition, Catherine Plaisance propose un jeu de représentations suggérant qu’une seule et même scène puisse en contenir plusieurs. De cette façon, l’artiste soutient qu’il peut exister de multiples versions d’un même fait et plusieurs façons de représenter et de comprendre le réel. La réalisation de ces mises en scène morcelées conduit à une fragmentation du drame qui actualise l’incapacité de l’image à retranscrire adéquatement un sujet dramatique. En effet, les images de catastrophes portent inévitablement en elles une certaine forme de banalisation liée à leur incapacité à relater convenablement le sentiment d’impuissance qu'éprouvent les victimes et les témoins d’une scène catastrophique. La sculpture/maquette vient alors réaffirmer la fiction et le simulacre présentés dans les images.

L'artiste tient à remercier la SODEC, le Centre Sagamie et le Centre Clark pour leur soutient. 


Née à Lotbinière en 1978, Catherine Plaisance vit et travaille actuellement à Montréal. Elle détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, laquelle fut financée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture. Elle fut active au sein du collectif d’artistes Les Fermières Obsédées de 2001 à 2009. Elle est boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada et fut récipiendaire du Prix Sylvie et Simon Blais pour la relève en arts visuels(2011). Plaisance à exposé au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses œuvres figurent dans les collections de la Ville de Montréal, la Ville de Québec, L’Œil de Poisson, Cirque du Soleil et plusieurs collections privées.

La pratique artistique de Catherine Plaisance se caractérise par une recherche axée essentiellement sur l’esthétique de la catastrophe. Elle se penche sur la création de paysages intégrant des événements dystopiques faisant rupture dans le panorama normal du cours des choses. Il peut s’agir de drames individuels, d’accidents ou encore de catastrophes, nous faisant réfléchir sur la fragilité inhérente de notre participation à la vie. En explorant les conditions d’une esthétique de la catastrophe, Plaisance accroît de manière déterminante son champ d’action; elle entend explorer, conjurer, dénoncer, dépasser et toujours transfigurer ce réel catastrophique. Ce thème de travail s’est installé dans sa pratique par un cumul d’événements et d’expériences marquantes ainsi que par une préoccupation pour l’écologie.